La Vénérable Marie de Sales Chappuis

 

Le 16 juin 1793, naît à Soyhières (Jura suisse) Thérèse Chappuis, 7ème de 11 enfants. Ses parents tenaient la grande auberge du village. Ce foyer heureux et chrétien donnera à l’Eglise 2 Jésuites et 4 religieuses (dont 3 Visitandines).
 
Mme Chappuis cachait les prêtres réfractaires en cette époque de persécution. Au cours d’une Messe célébrée à minuit, Thérèse reçoit à 4 ans la révélation du mystère eucharistique qui sera le Soleil de sa vie, lorsqu’elle fait sa Première Communion, elle se donne à Dieu sans réserve. Elle seconde ses parents avec entrain et efficacité jusqu’au jour où, à 18 ans, elle entre à la Visitation de Fribourg… pour en ressortir au bout de trois mois. L’appel de Dieu se faisant pressant, elle franchit de nouveau avec courage la porte de la Visitation : c’est alors que ses répugnances tombent et font place à la lumière et à la joie.
 
Sous la conduite de sa Maîtresse des novices, celle qui a reçut le nom de Sœur Marie de Sales s’applique avec grande générosité à l’étude et à la pratique exacte des Constitutions et surtout du « Directoire spirituel » qui contient tous les moyens pour conduire l’âme à l’union continuelle avec Dieu.
 
Le 9 juin 1816 elle prononce ses Vœux avec ferveur, elle comprend que Dieu l’appelle à une vocation d’apôtre. Très vite on lui confie la charge du noviciat.
 
En 1826 les Visitandines de Troyes demandent une Sœur de Fribourg pour Supérieure, c’est Sœur Marie de Sales qui est envoyée. La jeune Mère de 33 ans, avec douceur et fermeté rétablit la pauvreté, l’obéissance et la clôture. Le renom de sainteté de la « Bonne Mère » franchit bientôt les murs du monastère.
 
Nombreux sont ceux qui lui demandent conseils, parmi les plus importants : les évêques successifs de Troyes, beaucoup de fondateurs en ce XIXème siècle si fécond. Tous quittaient cette fidèle amie du Sauveur éclairés sur la volonté de Dieu, réconfortés dans leurs épreuves et encouragés sur le chemin de la sainteté.
 
Après 6 années de Supériorat à Paris au second Monastère de la Visitation, elle revient en 1844 à Troyes et s’applique à faire des jeunes pensionnaires des femmes généreuses et des chrétiennes imprégnées de l’esprit salésien, le plus beau fleuron en est ste Léonie Aviat, fondatrice en 1868 de la Congrégation des Oblates de Saint François de Sales.
 
À son retour de Paris, Mère Marie de Sales a reconnu dans l’aumônier de la Communauté, l’Abbé Louis Brisson, l’instrument d’une œuvre qui répandra l’esprit salésien, elle insiste auprès de lui. Peine perdue, il faudra une apparition du Christ en 1845 pour l’obliger à se rendre. La Bonne Mère ne parlera plus à l’Abbé Brisson de l’œuvre qu’il doit fonder, elle attendra dans une absolue confiance l’heure de Dieu. En 1868, l’évêque de Troyes demande à l’Abbé Brisson de sauver le seul établissement catholique du diocèse : « De l’argent vous en trouverez bien, des hommes, Dieu vous en enverra ». Mère Marie de Sales y reconnaît le signe attendu et encourage le Bx Louis Brisson : les Oblats de saint François de Sales étaient pratiquement fondés !

La mission de Mère Marie de Sales est désormais achevée, elle s’éteint le 7 octobre 1875. D’innombrables grâces ont été obtenues par son intercession justifiant son titre de « Bonne Mère ». La Congrégation des Rites a introduit la cause de la Vénérable Mère Marie de Sales en 1897 et son corps a été trouvé intact en 1901 lors de l’ouverture du tombeau.

Vénérable Marie de Sales Chappuis

Vénérable Marie de Sales Chappuis

Sanctuaire de la chapelle             du Monastère de Fribourg

Chapelle du Monastère de Fribourg

Monastère de Troyes

Monastère de Troyes

Sainte Léonie Aviat

Sainte Léonie Aviat

Bx Louis Brisson

Bx Louis Brisson

Oratoire où repose le corps de Mère de Sales

Oratoire où repose le corps de Mère de Sales