La Vénérable Marie-Marguerite Bogner

Elle est la première fleur de la Visitation hongroise. Adèle Bogner est née le 15 décembre 1905 au sud de la Hongrie à Melenzce où son père était notaire. Une coxalgie à l’âge de 10 ans, lui laissa la jambe droite raide. Adèle restera frêle et fragile, pourtant c’était une enfant très vive et enjouée, voyant toujours le bon côté des choses, compatissante pour les pauvres. Au cours d’une retraite en 1925, Adèle fut saisie par l’amour de Jésus. Aussitôt elle donna tout : elle fit voeu de virginité, celui de toujours lutter pour suivre la voie de la perfection et de faire toujours ce qui plaît le mieux à Jésus. Elle conclut ces trois voeux par ces mots soulignés de son sang dans son journal : « Je m’offre à souffrir toute ma vie un lent martyre ! » Adèle avait entendu l’appel du Christ : « Toi, suis-moi », deux ans d’épreuve physique et spirituelle vont en préparer la réalisation. En 1927, le Provincial des Jésuites qui était le directeur spirituel d’Adèle, se rendit à la Visitation de Thurnfeld (Autriche) pour discuter du projet de fondation au château de Erd, ancienne maison du Noviciat des Jésuites en Hongrie. La Supérieure accepta d’admettre Adèle à faire un essai.
 
Adèle quitta sa mère, ses frères et sa patrie le 6 août 1927 pour Thurnfeld. Dès le premier jour de son postulat, elle écrit : « Jésus, c’est le jour de nos fiançailles. Je suis à vous sans réserve. Acceptez mon humble holocauste d’amour pour les prêtres de la sainte Eglise et les missions. » Une seule pensée l’enthousiasmait : donner des âmes à Jésus. Puisque les prêtres sont appelés en premier lieu à participer à la vie rédemptrice du Sauveur, ses prières et ses sacrifices furent offerts pour eux durant toute sa vie.
Elle reçut l’habit de la Visitation et le nom de Marie-Marguerite le 19 avril 1928.
 
Bientôt, avec cinq de ses Sœurs, elle quittait l’Autriche pour Erd. L’installation du nouveau Monastère eut lieu le 26 août, elle écrivit alors : « Mon Jésus, il me semble que vous êtes pressé de me donner toutes vos grâces, car le temps est court. Votre amour me cause des douleurs physiques, tant il est brûlant. » Son directeur spirituel lui enjoignit de se modérer. Elle obéit : « Ô Jésus, j’accepte de vivre longtemps si tel est votre bon plaisir. Vous savez que ce serait le plus difficile sacrifice de ma vie ». Elle prononça ses premiers Voeux le 16 mai 1929. Aux voeux de chasteté, d’obéissance et de pauvreté, elle avait ajouté celui de l’observance stricte de la Règle visitandine. « Cœur Sacré de Jésus, j’espère par votre grâce leur être fidèle jusqu’à mon dernier soupir. Ne permettez pas que je vous offense par la moindre imperfection volontaire quoiqu’il doive m’en coûter ! »
 
Dans sa vie, à l’extérieur tout était simplicité, à l’intérieur tout était union à Dieu avec les plus héroïques intentions. Une de ses Sœurs dira : « C’était une âme qui vivait dans les bras de Jésus. Chacune de ses paroles et actions étaient caractérisées par cette enfance spirituelle. Toujours gaie, elle était le rayon de soleil de la récréation. Sœur Marie-Marguerite fut la fidélité personnifiée, elle fit en souriant tous ses petits sacrifices. Ce qui me touchait le plus, c’était sa manière de prier. On voyait qu’elle pouvait s’unir à tout instant à Jésus, qu’elle vivait avec Lui ».
 
Le jour de ses Voeux perpétuels, elle écrit ces seuls mots dans son journal : « Mon Dieu et mon Tout ». Elle était radieuse, mais la tuberculose consumait déjà son corps tandis que l’amour enflammait son âme. Brûlante de fièvre, Sœur Marie-Marguerite disait : « Si seulement je pouvais réchauffer les cœurs glacés des hommes ». Au soir du 13 mai 1933, son âme prit son envol vers Celui qu’elle aimait. En 2012 Benoît XVI l’a déclarée « Vénérable », ainsi l’Eglise nous invite à faire nôtres ces paroles d’un Aumônier de la Visitation de Erd : « Implorons instamment son aide afin que Jésus ait l’occasion de montrer combien cette âme lui était chère ».
Vénérable  Marie–Marguerite Bogner

Vénérable Marie–Marguerite Bogner

 

Danube Hongrois

Danube Hongrois

 

Monastère de Thurnfeld

Monastère de Thurnfeld

 

 L’Edelweiss autrichien, fleur des hautes altitudes


L’Edelweiss autrichien,
fleur des hautes altitudes

 

Sœur Marie-Marguerite

Sœur Marie-Marguerite